baratin

Je paradai dans la nature des mots clos
ont ouvert sur le paradis moi si ça
va comme ça sage ce fut l’image de toi
sur la banquette mousse douce a poussé
la fleur jaune soleil l’oeuf se liquéfia.

Le soir, fichu, j’ai eu au lit l’oeil borne
incapable je délirai la moindre ligne au plume
la nuit est tombé par terre encore un de ces jours
où elle dormit jusqu’à la fin sans une éclaboussure
de rose et son parfum a embaumé la pièce.

L’univers sous buée. Nous vîmes ton dos d’éléphante
j’y ai gravé une marque aigüe à l’envers, un crayonné
profond de chair misérable que j’en fus tout ému.
Elles ont posé une grappe frisée transformée en tapis
les marguerites tressèrent un coeur énorme.

Le grand panier d’osier a fleuri la maison
vous y mîtes des anémones, et sur ta couronne,
et dans les pommes, des hommes, ont évoqué les gnomes
dansant sur l’arête franche trancha le bulbe frais
ces petites sensations ont déchiré ton voile.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s