Auteur : biquepoeuf

démocratie

« Le drapeau va au paysage immonde, et notre patois étouffe le tambour.
« Aux centres nous alimenterons la plus cynique prostitution. Nous massacrerons les révoltes logiques.
« Aux pays poivrés et détrempés ! – au service des plus monstrueuses exploitations industrielles ou militaires.
« Au revoir ici, n’importe où. Conscrits du bon vouloir, nous aurons la philosophie féroce ; ignorants pour la science, roués pour le confort; la crevaison pour le monde qui va.
C’est la vraie marche. En avant, route ! »

Arthur Rimbaud, Les Illuminations.

Découvrez d’autres citations ici

fifrelin

01-fifrelin-1   02-fifrelin-2   03-fifrelin-3   04-fifrelin-4   05-fifrelin-5
06-fifrelin-6   07-fifrelin-7   08-fifrelin-8   09-fifrelin-9   010-fifrelin-10
011-fifrelin-11   012-fifrelin-12   013-fifrelin-13   014-fifrelin-14   015-fifrelin-15
016-fifrelin-16   017-fifrelin-17   018-fifrelin-18   019-fifrelin-19   020-fifrelin-20

20 x 21×29,7cm – technique mixte sur papier – 2017 – ( zoom : clic sur image )

Découvrir d’autres séries ici

schisme

Il a demandé aujourd’hui qu’on lui présente
dans les prochains jours les mesures de protection
prises à l’occasion de la campagne de la présidente
française, notamment en face des multiples accusations.

Matière et cybersécurité annoncées par la présidence
de la République de piratage et d’ingérence portées
à son endroit par l’équipe de campagne, la dissidence
a pas d’intentions formelles et absurdes a-t-elle jugé.

L’Élysée a dit ne pas s’immiscer dans des processus
à l’étranger, a dit son porte-parole électoral y compris
le président de la République a demandé que le consensus
lui soit présenté, lors du prochain conseil, aujourd’hui.

Des mesures spécifiques examinent le domaine de défense
prises à l’occasion de la campagne électorale lit-on dans
le communiqué diffusé à l’issue d’un conseil de vigilance
de façon hebdomadaire se tient enchaîné le plus souvent.

Côté français, la crainte de voir le scrutin parasité
depuis l’étranger n’est pas feinte. Au mois d’octobre,
le secrétariat national de la défense et de la sécurité
avait réuni des représentants des principaux partis sobres,

apolitiques pour un séminaire de sensibilisation des acteurs
de la vie aux risques liés aux attaques informatiques récentes.
Au programme de l’invitation qu’elle s’était procurée des hackers
pouvant menacer le bon déroulement de la campagne prudente.

La présentation de l’état la menace des attaques politiques
en France dedans. Cela faisait plusieurs semaines qu’un conseil
de détente consacré à cette question était à l’étude analytique
à la fin janvier, un ministre de la pétanque juste en face du soleil.

Il avait mis en garde contre la diffusion massive d’informations.
Le commandement des opérations placé sous responsabilité directe
et susceptible d’être utilisé comme un outil de déstabilisation
ayant eu recours à l’arme chimérique face aux menaces indirectes.

La campagne présidentielle, qui n’est déjà pas très glorieuse,
pourrait lancer des boules puantes sur les mœurs des candidats
ou des fausses informations sur de supposées fonctions glorieuses
à travers des thématiques clivantes des bilans cachés ou agendas.

Les uns et des autres lorsqu’ils ont été dans la société, comme
la place de la France ou le sort des garants de l’Europe une action
est menée contre l’élection présidentielle, vraisemblablement l’homme
de main des partis politiques informatifs aux attaques ou des soupçons.

L’informatique avec réussite dit qu’elle manifestera. Les votes semblent
relativement hors d’atteinte, dans la mesure où elles sont traditionnelles.
On vote avec des bulletins en papier et des urnes transparentes ensemble.
On se désigne dans les médias occidentaux comme la source opérationnelle.

L’électronique destinée à perturber les scrutins survenant publiquement
accuse l’interlocuteur d’avoir cherché à déstabiliser la campagne au profit
de la présidentielle afin de faire taire les internes ce n’est guère étonnant
que l’ingérence existe hors l’économie de l’industrie et du numérique aussi.

baratin

Je paradai dans la nature des mots clos
ont ouvert sur le paradis moi si ça
va comme ça sage ce fut l’image de toi
sur la banquette mousse douce a poussé
la fleur jaune soleil l’oeuf se liquéfia.

Le soir, fichu, j’ai eu au lit l’oeil borne
incapable je délirai la moindre ligne au plume
la nuit est tombé par terre encore un de ces jours
où elle dormit jusqu’à la fin sans une éclaboussure
de rose et son parfum a embaumé la pièce.

L’univers sous buée. Nous vîmes ton dos d’éléphante
j’y ai gravé une marque aigüe à l’envers, un crayonné
profond de chair misérable que j’en fus tout ému.
Elles ont posé une grappe frisée transformée en tapis
les marguerites tressèrent un coeur énorme.

Le grand panier d’osier a fleuri la maison
vous y mîtes des anémones, et sur ta couronne,
et dans les pommes, des hommes, ont évoqué les gnomes
dansant sur l’arête franche trancha le bulbe frais
ces petites sensations ont déchiré ton voile.